BLOG

Ici vous trouverez mes chroniques radio, des articles que j'écris pour partager 
mes réflexions, mes sujets de prédilection et de recherche.
Si vous les partager, merci de me citer en auteur avec une référence à ce site internet.

Vous souhaitez partager quelques ressentis à la lecture d'un texte, exprimer votre soutien, donner votre appréciation sur la pertinence ou qualité de ces contributions? Vous pouvez le faire par le formulaire de contact. Si cela concerne un article précis, merci d'en préciser le titre

Articles autour de l'écopsychologie

  "L’écopsychologie, située à la charnière des sciences naturelles et des sciences humaines, semble donc intégrer en elle tout ce qui touche la relation unitaire de l’homme avec la nature, et, de la sorte, ses études entretiennent d’étroits rapports avec les courants écosophiques, les pensées traditionnelles et les visions artistiques qui l’ont précédé dans cette démarche. » Roland de Miller

Liberté en vol

Tu aimes les animaux? C'est surtout à toi que je m'adresse.



Le vol des oiseaux qui ne connaît aucune frontière

Le règne du chat sur le toit du Monde

L'invitation au jeu gratuite et spontanée du Dauphin.

La sieste chaude du lion dans l'immense étendue de la Savane.


Aucun oiseau ne devrait vivre en cage ou avoir les ailes coupées.


Aucun poisson ne devrait tourner en rond dans un bocal.


Aucun chat ne devrait être enfermé dans un appartement sans jamais pouvoir sortir..


Aucun tigre ne devrait sauter en cerceau avant de regagner son box.


Aucun dauphin ne devrait nous amuser sur commande dans une piscine chlorée.


Aucun singe ne devrait voir son habitat détruit pour notre plaisir à manger du Nutella et autres produits.



Pourquoi est-ce à toi que je m'adresse?

Car si les personnes qui aiment les animaux n'arrivent eux-mêmes pas à changer leur rapport de possessivité aux animaux (voire même aux autres êtres humains), que peut-il en être de ceux qui se sont éloignés d'eux et qui se sont coupés de leur lien à la Terre?


Que pourrais-tu faire à ton échelle pour améliorer le rapport hommes-nature? ton rapport à la nature, à ta nature profonde?


Moi même j'ai eu des animaux en cage, des chats en appartement, j'ai fait des orgies de viande par le passé... Mais voilà, j'ai bien vu toute ma contradiction et j'ai changé tout un tas de choses, petit pas par petit pas, pendant des années. Cela fait aujourd'hui un gros changement physique et psychique car diminuer ses contradictions, c'est s'assurer une paix du coeur, du corps. On a le sentiment d'agir pour un monde plus doux et cohérent.

Articles autour de l'acceptation de soi

  

 L’acceptation de soi... un retour à l'âge doré de l'enfance?
Il est ce moment où la conscience de soi se biaise... Une remarque, un manque affectif, un changement du corps à l'adolescence difficile, etc.
Et un jour on découvre qu'on ne s'accepte pas et parfois qu'on ne s'aime pas, voire qu'on se maltraite.
Il y a deux domaines majeurs sur lesquels travailler.
Le premier est de s'accepter physiquement avec cette juste mesure entre s'accepter tel que l'on est et changer si la santé est en jeu.
Le second est de s’accepter en tant que personne, avec tous nos traits de caractère avec ette juste mesure de changer si nos mécanismes de pensée nous font souffrir et donc culpabiliser.. 

Mise à nue

 Ce n'est pas toujours facile de se transformer. Je dis se transformer car on ne change pas. 

Il "faut" accepter de se découvrir. Se découvrir dans tous les sens du terme. Se (re)connaître, aller vers soi et se découvrir, se défaire des couches d'ego qui nous empêchent d'aller vers le grand Soi. Faire péter les carapaces, faire valser certaines croyances. 

Pour s'apercevoir que tout était là, disponible.

 Si on décide d'enclencher le processus, notre corps, cette peau de l'âme, se retrouve à nu, on n'a pas l'habitude, on découvre de nouvelles sensations, ça vibre, ça frissonne, ça fait un peu mal aussi car c'est sensible. 
Parfois c'est trop sensible pour gérer un nouvel événement, une nouvelle prise de conscience. On serait bien tenté de tendre le bras, de récupérer une des couches.
Parfois on cède à cette tentation.
Mais assez vite on se rend compte, que non, définitivement on n'en veut plus, car on se retrouve à l'étroit une fois de plus. 

Quand je suis dans une de ces étapes, ce n'est pas beau à voir. De l'intérieur. Mon âme me fait grave la gueule, m'empêche de dormir. Insomnie. Elle ne me lâche plus la bougre! Cette carapace ne peut plus nous contenir, on a effectué une mue. 
Alors je n'ai que deux choix: souffrir et étouffer ou souffrir et relâcher! 

Alors, quand on veut se transformer...on accepte de se remettre à découvert car oui on veut le meilleur pour nous.
On accepte d'osciller dans cette fébrilité.
Fébrilité d'être authentique, fébrilité d'être vulnérable, fébrilité de s'autoriser à réussir. Oui réussir. 
Alors, oui aussi, tout était là, disponible. 

Maintenant, une autre étape se dessine: utiliser tout ce potentiel pour se réaliser une vie à l'image de soi, pas de celle que l'on croyait être.


La République de l'âme

L'ego est presque partout
En soi
Chez les autres
Entre moi et les autres.
J'ai parfois l'impression de marcher sur un terrain miné.

L'ego nous aide, enfant,
à nous identifier par rapport aux autres 
à nous en protéger.

Adulte, notre âme frappe à la porte 
et nous demande non plus à nous identifier mais à être. 
Son mode d'expression et sa façon de te rassurer,
si tu lui ouvres la porte (car l'âme ne se protège pas)
est l'amour et la confiance.

Articles autour de la transformation

  

 Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme disait Lavoisier.

Quelques articles pour se motiver à se transformer pour se réaliser pleinement.
Des articles d'inspiration, des articles avec des outils concrets, etc.

La métaphore du papillon


Je voulais vous raconter une histoire puisée dans l’observation de la nature, et plus particulièrement dans l’observation du papillon.


Le papillon est comme nous tous, un être unique. Pourtant, le processus de devenir un papillon est particulièrement symbolique et véritablement unique. En effet, le papillon connaît à lui seul quatre états d'incarnation physique: œuf, chenille, nymphe et papillon. Il est le seul animal, à ma connaissance, à se désagréger complètement pour reparaître transformé au sens littéral : car il va prendre une toute nouvelle forme physique. 


A l'intérieur de la chrysalide (le cocon), le corps de la chenille est complètement auto-digéré, puis décomposée pour qu’il puisse "renaître" sous la forme du papillon. Je trouve que c’est une merveille de la création si puissante quelle m’a inspirée mon logo.


L'être de l'élément Terre devient être de l'élément Air.

L'âme qui s'était incarnée dans un corps lent et rampant vient connaître l'élévation, la légèreté gracieuse et rapide. Oui le papillon peut aller jusqu'à 50 km/h ( leHawkmoths ). Et il est étonnant de remarquer que les papillons les plus toxiques sont lents... Une belle métaphore dans la métaphore.

Chez les Amérindiens, par exemple, le papillon est un symbole de régénération, de vie et d'espoir. Pour eux, le papillon apparaît dans notre vie pour nous enseigner à ne pas craindre le changement et encore moins la transformation. 


Si l'on accepte la transformation à laquelle le papillon nous invite, il va nous falloir traverser l'obscurité de notre ego, de nos jugements, de nos vieux schémas, affronter l'incertitude et la peur inhérente à l'inconnu pour apprendre à lâcher prise, à faire confiance dans le processus de la vie et aussi à nous faire confiance. 


Ainsi, l'on ressortira de cette expérience grandi et fort de nouvelles capacités, rayonnant une énergie nouvelle, positive et contagieuse que l’on va pouvoir diffuser pour notre entourage. 


Voilà comment, avec le papillon, on décide de lâcher le connu confortable pour rentrer dans l'inconnu inconfortable mais toujours avec foi. Car la chenille a confiance. Nul doute qu’elle ne devienne papillon.


Nous, êtres humains, avons tous, au cours de notre vie, plusieurs occasions de nous améliorer, de changer de points de vue ou de directions. A nous d’en saisir les opportunités. Et alors que nous avions connu des moments qui nous ont pu nous donner l’impression, comme la chenille, de ramper, d'être lent ou ralenti, nous pouvons voir les épreuves comme un cocon qui nous permet de grandir. 


Les épreuves prennent alors un autre sens. Et tel ce petit insecte gracile, il nous est offert la possibilité de voler au soleil, de nos propres ailes. On dit parfois, quand on veut être tranquille, "se mettre dans son cocon". Et si vous glissiez un instant dans votre cocon de transformation?

La République de l'âme

L'ego est presque partout
En soi
Chez les autres
Entre moi et les autres.
J'ai parfois l'impression de marcher sur un terrain miné.

L'ego nous aide, enfant,
à nous identifier par rapport aux autres 
à nous en protéger.

Adulte, notre âme frappe à la porte 
et nous demande non plus à nous identifier mais à être. 
Son mode d'expression et sa façon de te rassurer,
si tu lui ouvres la porte (car l'âme ne se protège pas)
est l'amour et la confiance.